CR de la réunion du bureau Graines de Colibri le 26/03/2018 chez Jocelyne.

La réunion commence à 18 heures avec la participation de : Émilie Ferron, Virginie Mazoyer, Marie Pettini, Jocelyne Relativo, Philippe Daguenet et Michel Lacoux.

1er sujet, Point sur le stock des livres mis à disposition par le siège parisien des Colibris : nous avons approvisionné 55 ouvrages depuis le 20 avril 2015. Nous en avons vendu 38 sur les marchés et lors de différentes manifestations. Notre dette théorique serait donc de 579€ 53 - 187€ 95 (chèque de caution, à vérifier.) - 137€ 13 (réglé sur facture 13/ 08 / 2015) - 200€ 97 (stock actuel = 17 livres) soit restant dû = 53€ 48. Il a été convenu de rendre les livres 18-20 rue Euryale Dehaynin Paris 19 ème accompagné du règlement du solde lors d’un déplacement de l’un des administrateurs à Paris.

2ème sujet, Compte tenu des difficultés d'un de nos ami , nous devrons faire entériner son adhésion gratuite à l’association lors d’une prochaine réunion plénière.

3ème sujet, Il n’a pas été retenu la participation des Graines de Colibri à « Parc en Fête » en juillet prochain.

4ème sujet, Couleurs de Vie. La tentative de reprise du commerce sous statut coopératif, ayant échoué, Françoise Verger ne peut cependant cesser son activité avant octobre 2018 en raison du bail qui l’engage avec le propriétaire du lieu. Nous nous proposons, si elle le souhaite, sous une forme à définir, de réitérer l’aide qui a contribué à maintenir son activité en 2017.

5ème sujet, Dépann’ couture. Après le renoncement d’occupation du local proposé rue de Chartres, l’atelier se déroule à nouveau chez Tom et Marie, rue St. Pierre. Depuis plus de 2 ans la permanence a été maintenue 2 après-midi par mois malgré une très faible participation. Il semble, à Émilie que l’occupation du local pour si peu d’activité soit gênante pour Tom et Marie malgré la contribution à façonner pour eux quelques petits sacs en toile. Il a été suggéré de tenter un rapprochement avec l’ASTI pour pérenniser cette activité, sous condition de trouver un nouveau référent pour cet atelier, Emilie souhaitant se retirer de cette activité après un peu plus de 2 ans de « bons et loyaux services !!»

6ème sujet, Atelier « Bien être » : ainsi qu’il avait été suggéré lors de l’assemblée constitutive du 30 janvier 2015, l’atelier est repris par l’une de ses initiatrices Marie Pettini qui propose une conférence intitulée : « Écouter les émotions de nos enfants » le 22 septembre 2018.

7ème sujet, Vélobidouille : cet atelier est également en attente de « référent » depuis le départ de Jean-Luc Béchade, tout au moins pour les interventions sur la place publique. Car par ailleurs nous nous sommes mobilisés avec Yves-Jean Godineau, Alain Bourgoin, JP. Lemercier, JP. Radix, JL. Tsirony et Michel Lacoux pour participer aux discussions avec d’autres associations et la mairie au sujet de « la circulation douce à Dourdan ». Voir études et comptes rendus sur le site.

8ème sujet, Pique-nique : afin de confirmer la réactivation de notre mouvement un pique-nique est envisagé pendant le ouiquende du 26 mai prochain.

Autres sujets :

a / La nécessité de centraliser les règlements des cotisations ou autres dons et ventes chez Virginie Mazoyer Trésorière, 32 rue Debertrand.

b / La nécessité de tenir à jour nos listes des : adhérents de l’année (1er septembre au 31 août), adhérents de l’année précédente non renouvelés et sympathisants. Ces listes devraient être tenues par Philippe sauf avis contraire…

Pour mémoire, extrait du texte lu par Michel (à 35 participants+13 excusés) lors de la 1ère rencontre du 30 janvier 2015 :

Concept Colibris :
Inspirer, relier, tous ceux qui souhaitent participer à une transformation écologique et humaine de la société.

L’humanité se trouve à un carrefour. Les enjeux auxquels notre planète est confrontée, écologiquement, socialement, culturellement... nous conduit à changer nos comportements.

L’organisation sociale, principalement fondée sur une croissance économique infinie, le prélèvement sans limite des ressources naturelles et le creusement des inégalités humaines conduit notre monde vers l’abîme.

Il nous paraît urgent de changer de paradigme de société. « C’est en changeant nous-mêmes que nous changerons le monde ! »

Nous sommes partie intégrante d’un écosystème vivant. Nous ne sommes séparés de rien. Détruire la nature ou nuire à des êtres humains, même à l’autre bout de la planète, revient à nous détruire nous-mêmes.

« Dans le futur, la plus grande performance consistera à répondre à nos besoins par les moyens les plus simples et le plus sains. » Pierre Rabhi.

Les contraintes d’un monde limité en ressources naturelles et le devoir d’équité envers les autres êtres humains, nous offrent aujourd’hui deux opportunités extraordinaires ;

  • Exercer notre créativité dans un champ nouveau consistant à trouver la façon la plus saine et la plus simple de résoudre nos problèmes, de subvenir à nos besoins, de faire fonctionner nos sociétés.

  • Nous épanouir dans un nouvel art de vivre où le bonheur d’être, supplante la capacité d’avoir :

« La sobriété heureuse comme antidote à la surabondance sans joie ! » P. Rabhi.

 « Vivre simplement pour que d’autres puissent simplement vivre. » Gandhi.

La commune, la ville, le village, sont les endroits où les citoyens ont une prise suffisante pour participer à la transformation de la société et en ressentir directement les effets. Faute de ne pouvoir agir partout agissons localement. Nous sommes un mouvement d’initiatives citoyennes, partout où nous avons la liberté d’agir en concertation avec les institutions, sans attendre…

« Un jour, il nous faudra bien répondre à notre véritable vocation, qui n’est pas de produire et consommer sans fin, mais d’aimer, d’admirer et prendre soin de la vie, sous toutes ses formes. » P. Rabhi.